Guerre en Ukraine: Le gouvernement gèle la TVA pour faciliter la baisse des prix des produits de première nécessité

Le conflit Russo-Ukrainien continue de marquer ses empreintes sur l’économie de la République Démocratique du Congo.

C’est dans cette optique que le Premier Ministre Sama Lukonde a présidé, ce mercredi 20 avril, une réunion du Comité de Conjoncture Economique à laquelle ont pris part quelques membres du gouvernement et de la Banque Centrale du Congo.

A l’issue de cette rencontre, le Ministre d’État chargé du Plan, Christian Mwando, a fait savoir à la presse que des solutions idoines pour faire face aux effets de la crise Russo-ukrainienne ont été examinées. D’importantes mesures allant dans le sens de contenir et de baisser les prix des biens de première nécessité ont été annoncées notamment le gel de la taxe TVA.

« La réunion s’est appesantie essentiellement sur les solutions apportées vu les chocs externes qu’on reçoit avec la guerre en Ukraine qui a occasionné au niveau international la hausse des prix des produits pétroliers et les prix des produits céréaliers. Nous avons reçu l’information par la vice-Ministre des finances sur le gel de la TVA sur certains produits de première nécessité notamment les ciments, les conserves et beaucoup de produits de première nécessité pour la population, de manière à contenir les prix et à jouer vers la tendance à la baisse des prix », a déclaré d’entrée de jeu Christian Mwando Nsimba.

S’agissant de la situation liée aux produits pétroliers, le Comité de Conjoncture Economique fait remarquer qu’il ne se pose pas du tout de problème de stock. Il souligne tout de même la nécessité de prendre des mesures qui s’imposent pour faire face à la hausse des prix au niveau international.

« Nous avons eu les rapports également du Ministre des hydrocarbures concernant la situation du stock au niveau du pays. Il nous fait remarquer que la situation est relativement bonne mais il faudrait qu’une décision soit prise rapidement pour s’adapter à la hausse des prix au niveau international dans la mesure où au mois de Janvier, on était à plus où moins 80 dollars le baril, maintenant on en est autour de 110 dollars le baril. Les sociétés pétrolières auront des difficultés à suivre. Le Premier Ministre l’a instruit de finaliser les discussions avec les opérateurs du secteur pétrolier et de voir la possibilité d’avoir des importations urgentes et constituer la réserve stratégique pour le pays. C’est le travail qu’il est en train de finaliser », a révélé le Ministre d’État au Plan.

Le Comité de Conjoncture Economique a enfin souligné que le taux de change est resté relativement stable autour de 2003 FC pour 1 dollar américain.

MPOYI NGOYI

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d bloggers like this: