Insécurité dans l’Est : «Ce n’est pas un problème de force mais un problème d’homme» (Société civile du Nord-Kivu)

La société civile du Nord-Kivu s’insurge contre la résolution du troisième conclave des chefs d’État de l’EAC, portant sur le déploiement des forces militaires à l’Est du Congo pour lutter contre l’insécurité.

Dans une interview, Edgar Matezo, vice-président de la Coordonnation de la Société Civile du Nord-Kivu estime que le problème de l’insécurité dans ce coin du pays n’est pas un problème de force mais plutôt d’hommes.

«Il s’agit notamment d’une force de trop au côté d’autres forces à savoir les casques bleus de la Monusco sous toutes ses formes. Nous sommes conscients que les problèmes de la RDC n’est pas un problème de force, non plus de l’effectif mais plutôt un problème d’hommes ayant infiltré notre armée depuis le Rwanda» a-t-il indiqué.

Poursuit, t-il, “Le cessez-le-feu décrété par ce conclave a consacré également l’illégalité dans la mesure où les chefs d’État de la communauté des pays d’Afrique de l’Est demandent aux rwandais du M23 de réoccuper comme si ces terroristes étaient propriétaires d’une partie du territoire congolais.»

Par ailleurs, la société civile du Nord-Kivu demande au parlement congolais de s’abstenir d’entériner cette décision et demande que le gouvernement s’assume comme État.

Jephté Matondo

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d bloggers like this: