Les miliciens du groupe armé «Coopérative pour le Développement du Congo» ( CODECO) ont de nouveau frappé fort dans le territoire de Djugu, en Ituri.

En effet, ce groupe armé, l’un de plus meurtrier opérant dans la région a mené une attaque sanglante le dimanche 08 mai 2022, soit 48 heures après la célébration de la première année de l’instauration de l’Etat de siège sensé mettre fin aux massacres dans cette province.

Munis d’armes à feu et des machettes, ces miliciens ont exécuté sommairement 52 civils dans une mine d’or artisanale à Camp Blanquette parmi lesquels, les femmes et un bébé de quatre mois.

Cette nouvelle attaque qui s’ajoute sur la longue liste d’une série d’attaques meurtrières intervient alors que les blessures des ituriens étaient encore fraîches après les massacres du 02 février de cette même année qui avait fait plus de 60 morts dans le camp des déplacés de Plaine Savo, toujours à Djugu, en Ituri.

En réaction, le gouvernement central par le biais de son ministère de la communication et médias a dans un court message balancé sur la toile, présenté ses condoléances aux familles éplorées.

« Le Gouvernement a appris avec tristesse le massacre de plusieurs dizaines des compatriotes ce dimanche à Djugu. Il tient à présenter ses condoléances aux familles des victimes et leur rassure de son appui indéfectible pour surmonter cette dure épreuve», peut-on lire dans ce message.

Par ailleurs, le Gouvernement chapeauté par Jean-Michel Sama Lukonde a précisé que cet énième acte barbare et lâche des terroristes Codeco sur des populations innocentes n’ébranlera en rien sa détermination à ramener la paix.

Le gouvernement a à cet effet prévenu que « tous les réfractaires à la pacification de cette partie du pays subiront la force ».

Pour mémoire, ce massacre sanglant est survenu alors que l’état de siège, une mesure militaire spéciale décrétée dans la province de l’Ituri et du Nord-Kivu voisin totalisait une année. D’aucuns ne pensent que les incursions et massacres en répétition ont prouvé son incapacité et inefficacité à atteindre son objectif principal, celui de restaurer la paix.

Face à cette situation, le président de la République Félix Tshisekedi a annoncé il y a quelques jours, la tenue d’une table ronde afin de décider sur l’avenir de cet état de siège farouchement critiqué par les députés nationaux originaires de ces provinces concernées.

Mont CARMEL

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d bloggers like this: