RDC: La FEC annonce l’augmentation des tarifs des unités de communication, forfaits internet, SMS et appels

A travers un communiqué du 1er juin, la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) a annoncé l’augmentation prochaine des tarifs des services de télécommunications sur toute l’étendue de la RDC.

Selon le patronat congolais, c’est pour rémunérer les prestations de l’Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications du Congo (ARPTC) que le gouvernement a instauré de nouvelles taxes à charge des opérateurs des télécommunications sur l’ensemble des services appels, sms et internet, les mettant dans l’obligation d’augmenter les tarifs de différents services sur lesquels le gouvernement a décidé d’appliquer ces nouvelles charges.

Ces nouvelles charges au bénéfice de l’ARPTC, renseigne la FEC, généreraient plusieurs « centaines » de millions de dollars américains en rémunération des prestations de cette institution qui sont déjà prises en charge pour certaines d’entre elles dont, la veille sur la qualité des services rendus aux usagers du service public, la protection des données à caractère personnel, le contrôle du trafic entrant et sortant et le contrôle technique des équipements du secteur.

Comme première conséquence directe à ces mesures, les opérateurs ont décidé de retirer certaines offres généreuses de certains services accordés aux consommateurs dont Facebook Flex, qui permettrait aux utilisateurs de se connecter sans données internet.

Pour la FEC cette mesure des autorités congolaises alourdit inutilement la charge des ménages dans un contexte socio-économique difficile, mais également la pression fiscale dans le secteur des télécommunications laquelle s’élève à ce jour à 34% dans notre pays, alors que la moyenne en Afrique Sub-Saharienne est inférieure à 22%.

« Des telles mesures sont de nature à repousser les investisseurs dont le pays a pourtant besoin pour son développement », a souligné la FEC.

« La FEC rappelle, une fois de plus, la nécessité pour les Autorités de créer un environnement légal, réglementaire et fiscal sain, susceptible de consolider les investissements présents, à défaut de pouvoir en attirer de nouveaux », a ajouté la même source.

Par ailleurs, elle a appelé le gouvernement à revenir sur cette mesure aux conséquences « désastreuses » dans l’intérêt du bien commun de toute la nation.

Il faut rappeler que dans le décret n° 22/11 du 9 mars 2022, publié au Journal Officiel dans un numéro spécial du 24 mars 2022, le gouvernement a fixé les modalités de calcul et les taux des revenus des prestations de l’Autorité de Régulation du secteur des Télécommunications (ARPTC).

Mont CARMEL

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d bloggers like this: