Home Société Réouverture des églises : un bilan mitigé sur l’observance des gestes barrières au premier jour

Réouverture des églises : un bilan mitigé sur l’observance des gestes barrières au premier jour

Réouverture des églises : un bilan mitigé sur l’observance des gestes barrières au premier jour

Les églises et plusieurs autres lieux des cultes ont rouvert les portes, dimanche 16 août, sur l’ensemble du pays, particulièrement à Kinshasa, après près de 5 mois de fermeture sur décision du chef de l’État pour lutter contre la propagation de coronavirus.

Lors des cultes pour ce premier jour de la réouverture, les églises de réveil et tant d’autres confessions religieuses ont été sous un rythme de chansons de louange, adorations et actions de grâces pour marquer la reconnaissance envers leur créateur. Des pas de danses, les chantres ont vomi ce qu’ils ont encaissé durant des mois.

C’était un rendez-vous très attendu par plusieurs croyants qui se sont préparés en conséquence. Les autorités de la ville aussi s’étaient préparées pour faire respecter les mesures barrières contre la Covid-19, pour éviter la nouvelle flambée des cas.

Au tour de 8h, plusieurs églises avaient déjà tout mis en place pour le déroulement des cultes : les baffles vibraient au son des ingénieurs pour s’assurer de la qualité des instruments sonores. Côté matériels des protections, pour le cas général, des lave-mains ont été placés devant chaque église. C’est le cas de l’église du Dieu Vivant à Makala sur l’avenue Kama, les fidèles ont été obligés de se laver les mains avant d’accéder dans l’église. Mais ce qui est sûr, les lave-mains dans plusieurs églises servaient de pot des fleurs pour détourner l’attention des agents dépêchés sur terrain pour le contrôle.

L’eau parfois sans savon ou l’eau avec savon sans lingettes, thermo flash pour le prélèvement de la température étaient visibles à l’entrée de chaque lieu de culte entre les mains veilleuses des protocoles. Ce qu’il fallait oublier, c’est la distanciation physique et le port convenable des masques une fois à l’intérieur ou pendant le culte. La transpiration due à la danse et cris de joie n’a pas permis le respect de cette condition.

Il faut aussi observer la multiplication des cultes dans quelques églises en vue de respecter la distanciation physique. A l’église Yahvé Shamah du Berger Jules à Ngaba sur avenue Kipata, les chaises ont été classées en file indienne, et la distanciation de 1 mètre respectée.

“Nous bénissons l’éternel pour la reprise des cultes. Le peuple de Dieu était vraiment motivé à venir. Nous avons loué Dieu après 4 mois de confinement. Nous appelons tous les serviteurs de Dieu à faire respecter les gestes barrières nous obligées aux fidèles”, a convié le Berger Jules .

Même cas à la Communauté des Serviteurs de Jésus-Christ dans la Commune de Kalamu, dirigée par le pasteur Jean Mukuna. Il s’est dit très satisfait de la reprise des activités ecclésiastiques qui interviennent comme celles d’autres activités. Il a par ailleurs évoqué un verset biblique qui stipule ” qu’il est doux et agréable que les enfants de Dieu se réunissent ensemble”.

Le bilan de ce premier jour de la reprise des cultes, s’il faut l’estimer en pourcentage sur le respect des gestes barrières, il faut retenir 40% dans la mesure où un relâchement a été constaté surtout en plein déroulement des cultes. 60% d’églises ont utilisé les kits de protection pour détourner l’attention des agents de la police.

Le même dimanche, le rapport fait au commissaire de la police ville de Kinshasa, Sylvano Kasongo qui a révélé que sur l’ensemble de Kinshasa les églises ont respecté à 90% les gestes barrières et, affirme dans cette occasion à Top Congo, que quelques récalcitrants ont été enregistrés dans la commune de Limete.

“A 90% les gens ont respecté les gestes barrières dans les églises à Kinshasa ce dimanche. Il y a eu des cas isolés des gens qui n’ont pas respecté les gestes barrières, à Limete par exemple. Nos hommes étaient (dans les églises) en tenue civile. Nous avons filmé. Le cas échéant, nous allons convoquer les responsables de ces églises”.

Abraham Malembe

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d bloggers like this: