Union sacrée de la Nation : nouvelle occasion pour le partage des postes? Et le peuple d’abord ?

De l’accord global inclusif, accord de Lusaka, concertation nationale, dialogue national (saint Sylvestre), arrangements particuliers… Aujourd’hui Consultations politiques en vue de la création d’une Union sacrée de la Nation Congolaise, le peuple congolais ne garde que des mauvais souvenirs.

Alors que le pays est dirigé par des autorités légalement établies, issues des élections légitimes, grand était l’étonnement de tous ceux qui ont suivi le discours du chef de l’État à la nation du vendredi 23 octobre 2020.

Devant le peuple congolais et devant la face du monde, le président Félix Tshisekedi a annoncé l’ouverture des consultations politiques et sociales devant amener à la création d’une Union sacrée de la Nation Congolaise. Il a ainsi tendu la main à toute la classe politique. Opposition, majorité et la société civile. Après les consultations, une table ronde va suivre où différents acteurs devront se retrouver pour parler notamment gestion du pays. Ce qui impliquerait le partage du pouvoir.

Un rétropédalage, au regard de l’avencenment du processus démocratique en RDC, deux ans après la passation pacifique et historique du pouvoir entre l’ancien président, Joseph Kabila et le président actuel, Félix Tshisekedi Tshilombo.

Pourquoi et comment le président Félix Tshisekedi s’est retrouvé dans cette situation ? Une seule réponse pour ceux qui suivent de très près l’actualité politique congolaise : le manque du respect des engagements politiques.

Le président Félix Tshisekedi n’a pas le sens du respect des engagements. De Genève, en Suisse avec LAMUKA, Nairobi, au Kenya avec Vital Kamerhe et actuellement avec son partenaire de la coalition au pouvoir, le FCC, le président de la République se révèle comme un acteur politique qui n’a pas le sens de la conssesion et du respect des engagements.

Pendant que le président de la République cherche à se constituer une nouvelle majorité présidentielle, la situation sociale du peuple congolais continue à se dégrader. Des milliers des déplacés internes, des Congolais réfugiés sont abandonnés à leur triste sort dans des pays voisins, l’Est du pays est transformé en mouroir. Mais tout ce qui intéresse les dirigeants du pays, c’est le pouvoir pour le pouvoir.

Rédaction

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d bloggers like this: